Philippe Caubère – Les lettres de mon moulin

Du 07 octobre au 1er novembre 2020
Du mercredi au samedi à 19h
Les dimanches à 17h

Les jours impairs découvrez le volet 1
Les jours pairs et le 1er novembre découvrez le volet 2

Genre : Seul en scène
Durée de chaque spectacle : 1h30
De : Alphonse Daudet
Adaptation : Philippe Caubère
Avec : Philippe Caubère

« J’ai lu (plus que relu, pour dire la vérité) les œuvres d’Alphonse Daudet il y a un an, la seule curiosité de retrouver ces fameuses « Lettres » et voir si elles me procuraient le même plaisir, le même trouble, que pendant mon enfance. Emporté, bouleversé par la force de cette écriture, de cette pensée, de ce sens du drame et de la dramaturgie, j’ai lu tout le reste de l’œuvre ou à peu près.

Après Adieu, Ferdinand, suite & fin !, je savais que le vide se ferait sentir et qu’il me faudrait quelque chose de fort pour ne pas y sombrer. Quelque chose qui me ramène à l’enfance, la mienne comme à celle des autres ; l’enfance de l’art aussi. Voilà, juste ça : des histoires. Et des personnages. Et mon pays : la Provence.

Je fomente depuis des années un grand projet, Le Sud, que j’ai l’habitude de caractériser d’une façon un peu fruste et volontairement provocatrice : tout sauf le foot ! Ce projet réunit déjà André Benedetto (Urgent crier ! et Memento occitan), André Suarès (Marsiho), Alain Montcouquiol (Recouvre-le de lumière), autrement dit : la Révolution, la moto, Marseille et les taureaux. Et… Daudet pour terminer. Il y manquerait Mistral, s’il n’était justement présent dans l’une des plus belles « Lettres » qui conclura la première partie : Le poète Mistral.

Ce sera un spectacle en deux soirées -afin que le plus grand nombre possible de Lettres puisse être joué – qui sera créé à La Condition des Soies, au Festival d’Avignon 2020 puis joué au Théâtre Comédie Odéon en octobre, et à Paris en fin d’année, au Théâtre de l’Œuvre.

La représentation en sera la plus souple et légère possible, afin qu’elle puisse se donner à peu près n’importe où, du moment que le lieu me paraît s’y prêter, et dans n’importe quelles conditions, si elles permettent à l’acteur de proprement travailler. Ainsi, je souhaite par -dessus tout m’adresser, à travers ces Lettres, au public le plus large possible, de 7 à 97 ans : aux petits comme aux grands ! » Philippe Caubère, 3 mars 2020

 

Les Lettres de la première soirée : Installation, La diligence de Beaucaire, Le secret de maître Cornille, La chèvre de M. Seguin, L’Arlésienne, Le légende de l’homme à la cervelle d’or et Le poète Mistral.

Les Lettres de la deuxième soirée : La mule du pape, Le curé de Cucugnan, Les trois messes basses, L’élixir du Révérend Père Gaucher et Nostalgie de caserne.

Laisser un commentaire

* Mention obligatoire

C'est vous qui le dites

evelyne Dupuis
18/05/20 à 13:56

bonjour, j'espère que ces "lettres de mon moulin "pourront être vues et entendues, j'espère aussi pouvoir prendre 1 place,en venant la chercher dès la réouverture du théâtre.à bientôt j'espère.