La femme du boulanger – Hors les murs

Le 22 juillet 2021 à 21h
au Parc Sutter (Lyon 1)

Le 26 juillet 2021 à 21h
au Parc de la Visitation (Lyon 5)

Interprètes : Adeeb Al Yakoub, Richard Sandra, Andrew Al Yacoub, Celine Bondaz, Lamine Cisse, Raphaël Defour, Isabelle Simon, Madlin Sornaya, Claudette Chaudier, Marie-Paule Laval, Salvator Bwishe, Kélétigui Sylla, Iris Pucciarelli, Luay Farouk, Yaya Sanyang
Musiciens : Olivier Granger, Cédric de La Chapelle, Sébastien Finck, Obinna Igwe
Mise en scène, dramaturgie : Marie-Paule Laval, Romain Laval
Dramaturgie, traduction : Mountajab Sakr
Scénographie, lumière : Seymour Laval
Création sonore : Olivier Granger

Le désordre des Esprits / Cie Bruno Boëglin
Coproduction : Théâtre Comédie Odéon / Maison des passages

- GRATUIT -
Durée 1h30
A partir de 9 ans
Surtitré arabe/français

Une tragi-comédie de Giono interprétée par 16 artistes du Moyen Orient, d’Afrique et d’Europe.

« – Elle n’a rien porté, ni pour se couvrir, ni rien.

C’était un grand malheur. On entrait dans la boulangerie toute ouverte. Elle avait laissé sur le marbre son petit trousseau de clés, propre, tout luisant, comme en argent. Le quatrième jour il n’y eut plus l’odeur de pain chaud dans le village : le boulanger ne prenait pas le dessus de son chagrin.

– Je les ai vus.

– Où ? Qu est-ce-qu’elle fait?

– Patience, dit Maillefer, c ‘est une île.

– Une île ?

– Dans le gras de l’eau. Le berger a monté une cabane avec des roseaux. Aurélie était couchée au soleil toute nue sur l’herbe.

– Toute nue? dit le boulanger.

– Elle faisait sécher sa lessive, dit Maillefer, pour excuser. »

Notre compagnie s’empare de ce classique français décliné en littérature, au cinéma, au théâtre dont la trame est très connue.

16 artistes irakiens, syriens, guinéens, gambiens nigérians et français sont à nos côtés et nous découvrons ensemble le monde inconnu qui a séduit la boulangère.

Giono a rédigé un manifeste dans lequel il exprime son pacifisme intransigeant et son refus d’obéir : l’homme n‘est la matière première que de sa propre vie.

Laisser un commentaire

* Mention obligatoire

C'est vous qui le dites

Aucun commentaire